Espace et déplacements.

Mobilité · Motilité · Cartographies narratives

Université Paris Nanterre
14-15 décembre 2017

Appel

CSLF
CRPM
LAVUE
UFR LCE
ED 138

« Vous êtes ici ». La littérature cartographie (R.T. Tally Jr, 2013). Elle nous donne des repères grâce auxquels nous pouvons nous orienter et comprendre le monde et fonctionne comme opérateur de nouvelles spatialisations. Etudier ce qu’il en est de la spatialité dans la fiction serait donc susceptible de nous faire comprendre ce qu’il en est de notre propre rapport à l’espace, au lieu que nous occupons, dans un monde où les directions transcendantes s’effacent progressivement.

Or, s’il est important de pouvoir se localiser, c’est souvent afin de mieux se déplacer, afin de parcourir, de cheminer, de tracer, sur des cartes imaginaires ou imaginées, des itinéraires. Plus encore, s’il a été possible de penser la localisation comme support privilégié de l’idée même de culture, il semble que nous assistions aujourd’hui à une inversion qui fait du déplacement, du mouvement, de la migration des pratiques constitutives des significations culturelles (G. Benvenuti, 2008).

Interroger la narration sous l’angle de la spatialité peut donc, aux côtés des études consacrées à des espaces « immobiles » (la maison, la ville, le désert, le paysage, etc.), prendre la forme d’un questionnement des expériences de mobilités spatiales (configurations et reconfigurations géographiques, motilité, déplacements) qu’elle propose.

                  Depuis le temps de la « littérature ambulante », dont parle Théophile Gautier à propos de Nerval et de Rousseau, les transformations des dispositifs cartographiques et l’évolution des modes de transports ont radicalement changé la manière de voyager et de se déplacer. De la marche aux vols supersoniques, du portulan aux coordonnées GPS, la fiction nous dit-elle toujours la même chose de l’espace qu’elle représente ? Cet espace parcouru est-il bien toujours un espace, alors même qu’il semble de plus en plus difficile de le voir, de le sentir ou de l’entendre, à mesure que la vitesse augmente ? Comment la représentation de la mobilité permet-elle de reconfigurer l’expérience spatiale et temporelle ? Quel impact la représentation de la mobilité spatiale a-t-elle sur le monde ?

Projet scientifique et organisation

Adrien Frenay

Comité Scientifique

Giuliana Benvenuti, Università di Bologna

Henri Desbois, Université Paris Nanterre

Marina Guglielmi, Università di Cagliari

Philippe Gervais Lambony, Paris Nanterre

Lucia Quaquarelli, Université Paris Nanterre

Jean Robert Raviot, Université Paris Nanterre

Alain Vaillant, Université Paris Nanterre

 
 

Intervenant·e·s

Giuliana Benvenuti

La négation de la mobilité dans les dystopies sérielles

Giuliana Benvenuti est professeure associée de littérature italienne contemporaine. Ses intérêts de recherche portent sur la littérature de voyage, le roman historique, les relations entre littérature et globalisation et sur la transformation de la littérature à l'ère de la convergence médiatique. Elle est notamment l'auteure de Il viaggiatore come autore (2008), Il romanzo neostorico in Italia. Storia, memoria, narrazione (2012), Microfisica della memoria. Leonardo Sciascia e le forme del racconto (2013), Il brand Gomorra. Dal romanzo alla serie TV (sous presse).

Noel Blanco Mourelle

Blanquerna : Space and power in the Middle Ages

Noel Blanco Mourelle is an Assistant Professor of Medieval and Early Modern Iberian cultures at Department of Modern Languages and Literatures at the College of William and Mary. He holds a PhD in Latin American and Iberian Cultures at Columbia University. Although the title of his dissertation is "Every Knowable Thing," his dissertation is not about every knowable thing, but about the ways in which the writings

 of medieval philosopher Ramon Llull, particularly his “Art”, were embraced in sixteenth-century Iberian political and intellectual circles. He is now transforming this dissertation into a book tentatively titled “Learning Machines” about the intersections between pedagogic technology and political theology in Late Medieval and Early Modern Spain. Apart from his book, he is working on an article on the fifteenth-century Portuguese political treatise Livro da corte enperial and on another about the Aragonese humanist Pedro Ciruelo and the arts of memory

Henri Desbois

« Les lieux que nous avons connus… ». Quelques propositions sur le lieu et la mobilité

et

Autour de Loin de Delft de Samuel Pivo

Atelier « théâtre, espace, mobilité »

Henri Desbois est maître de conférences en géographie à l'Université de Paris Nanterre. Il a travaillé sur les rapports entre géographie et fiction, en particulier à partir des oeuvres de William Gibson, et sur l'histoire de la carte topographique. Il a publié, avec Philippe Gervays-Lambony, "Les lieux que nous avons connus", Deux essais sur la géographie, l'humain et la littérature (Presses universitaires de Nanterre, 2017).

Marina Guglielmi

Au delà des barrières : littérature, art et contrôle

Chercheuse en Littérature Comparée au sein du département de Philologie, Littérature et Linguistique de l'Université de Cagliari, Marina Guglielmi travaille sur la géocritique, les women's studies et les translation studies. Elle est la rédactrice en chef de la revue internationale de Littérature Comparée Between. Elle a notamment publié Frontiere Confini Limiti (Armando 2011, avec Maura Pala) et Piani sul mondo (Quodlibet 2012, avec Giulio Iacoli).

Giulio Iacoli

Between "queer landscape" and "queer space" : imagining / reappropriating a literal sense

Giulio Iacoli est professeur associé de Littérature italienne contemporaine à l’Université de Parme. Il a beaucoup travaillé sur les relations entre géographie et littérature, et sur l’idée de géothématique. Il est notamment l'auteur de La percezione narrativa dello spazio (2008) et à dirigé Discipline del paesaggio (2012) et Piani sul mondo (avec M. Guglielmi, 2012). Plus récemment, il a publié A verdi lettere (2016), et il a co-dirigé Archiletture  (à paraitre en 2018). Ses intérêts de recherche portent aussi sur le cinéma dans les romans contemporains et sur les adaptations, sur les études culturelles et queer, et sur la représentation des maîtres et professeurs dans le texte littéraire.

Filippo Milani

La négation de la mobilité dans les dystopies sérielles

Filippo Milano graduated in 2008 at University of Bologna with a thesis on Giorgio Manganelli's poetic works. In 2012, he obtained a PhD degree with a thesis on the rhythm of Manganelli's prose. He has published essays on Arcangeli, Camporesi, Gadda, Scarpa, Testori in several journals (Autografo, Arabeschi, Poetiche, l'Ulisse, The Edimburgh Journal of Gadda Studies). He wrote a chapter on poetry in the web in Niva Lorenzini and Stefano Colangelo, Poesia e Storia (Bruno Mondadori, Milano 2013). He published the monograph Giorgio Manganelli. Emblemi della dissimulazione (Pendragon, Bologna 2015). He was a Postdoc Researcher in FICLIT Department at University of Bologna for 3 years.

Vladimir Pawlotsky

La grande vitesse russe : enjeux de pouvoir sur le territoire inter-métropolitain Moscou-Saint-Pétersbourg

Vladimir Pawlotsky est doctorant et allocataire de recherche. Sa thèse de doctorat en géographie, sous la direction de Philippe Subra et Jean-Robert Raviot, est intitulée : « Géopolitique du territoire inter-métropolitain Moscou-Saint-Pétersbourg ». Il a effectué de mai à juin 2017  son

 premier terrain de thèse à Zavidovo, Tver, Uglovka, Okulovka et Valdaj (350 km) qui lui ont permis de réaliser des entretiens, des relevés cartographiques et des observation in situ.

Jean-Robert Raviot

Jean-Robert Raviot est professeur de civilisation russe à l'Université Paris Nanterre. Spécialiste de la politique intérieure russe, des institutions politiques et des élites post-soviétiques, il dirige la filière bilingue de droit franco-russe et le Master d'études russes et post-soviétique de Nanterre. Il a publié Qui dirige la Russie ? (Lignes de Repères, 2007), Démocratie à la russe (Ellipses,2008), Russie : vers une nouvelle guerre froide ? (Documentation française, 2016)

 et de nombreux articles et études. Il prépare actuellement une Géohistoire de la puissance russe (ouvrage didactique) et un ouvrage de synthèse en anglais, Russian Praetorianism, à paraître en 2018, qui s'attache à expliquer les liens entre politique étrangère et politique intérieure en Russie".

Théo Soula

Marcher encore : les nouvelles allures du flâneur

Ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes, Théo Soula est actuellement doctorant en littérature française à l'université de Toulouse – Jean Jaurès. Inspirés de la « géographie littéraire », ses travaux portent sur la place de la ville dans l’œuvre du poète-flâneur contemporain J. Réda. Ils l'ont amené à participer à des colloques et à des séminaires interdisciplinaires, à créer le laboratoire junior SpatiaLittés, et à s'intéresser plus largement aux écritures de la ville depuis le XIXème siècle. Sa thèse est dirigée par Jean-Yves Laurichesse, professeur de littérature, et Muriel Rosemberg, professeure de géographie.

Programme

Jeudi 14 décembre

Salle de séminaire 2 · Bâtiment Max Weber

14h : Accueil des participants

14h15 : Présentation des journées

Alain Vaillant, CSLF ; Lucia Quaquarelli, CRPM ; Philippe Gervais Lambony, LAVUE ; 

Adrien Frenay, CSLF.

14h30 : Configurations et appropriations de l’espace

Discutant : Adrien Frenay

Giulio Iacoli, Università di Parma

Between "queer landscape" and "queer space" : imagining /reappropriating a literal sense

 

Noel Blanco Mourelle, College of William and Mary

Blanquerna : Space and Power in the Middle Ages

16h : pause

16h30 : Cartes, frontières, barrières

Discutant : Henri Desbois

 

Marina Guglielmi, Università di Cagliari

Au delà des barrières : littérature, art et contrôle

 

Giuliana Benvenuti et Filippo Milani, Università di Bologna

La négation de la mobilité dans les dystopies sérielles

Vendredi 15 décembre

Salle de séminaire 2 · Bâtiment Max Weber

 

10h : Ouverture de la deuxième journée ; retour sur la première journée

Adrien Frenay, Philippe Gervais-Lambony

 

11h : Autour de Loin de Delft de Samuel Pivo

Atelier « théâtre, espace, mobilité » animé par Henri Desbois

12h30 : pause

14h : Vitesses

Discutant : Jean-Robert Raviot

 

Théo Soula, Université de Toulouse

Marcher encore : les nouvelles allures du flâneur

 

Vladimir Pawlotsky, Institut français de géopolitique, Université Paris 8

La grande vitesse russe : enjeux de pouvoir sur le territoire inter-métropolitain Moscou-Saint-Pétersbourg

15h15 : pause

15h30 : « Les lieux que nous avons connus… ». Quelques propositions sur le lieu et la mobilité

Discutant : Adrien Frenay

 

Philippe Gervais-Lambony et Henri Desbois

16h30 : Table ronde et clôture des travaux

 
 

200 avenue de la République

92000 Nanterre

www.parisnanterre.fr

Bâtiment Max Weber

Salle de séminaire 2

Remerciements